Article from http://www.romove.cz
Printed 24.11.2020 08:26

Film documentaire sur la stérilisation involontaire des femmes roms en République tchèque
14-10-2009  Jana Šustová, Jaroslava Gregorová


Helena Ferenčíková (Photo : www.trialofachilddenied.org) La stérilisation involontaire est un acte illégal et une violation des droits de l’homme. Pourtant des dizaines de femmes roms en République tchèque ont subi une stérilisation à leur insu. Ce fait a inspiré la productrice canadienne Dana Wilson à tourner un film documentaire de trente minutes à ce sujet. Le film Trial of a child denied (la Plainte de l’enfant dénié) reflète l’histoire de trois femmes roms, Helena Balogová, Helena Ferenčíková et Elena Gorolová, qui ont subi une stérilisation involontaire à l’âge de 29, 19 et 21 ans. Interviewée par Jana Šustová, journaliste de la rédaction rom de la Radio tchèque, Dana Wilson parle de son film et de ses impressions pendant le tournage.

Pourquoi est-ce que vous avez choisi comme sujet de votre film documentaire la stérilisation involontaire des femmes roms justement en République tchèque ?

Dana Wilson (Photo : Jana Šustová) « D’abord il faut dire que j’ai travaillé pendant deux ans et demi comme photographe pour The Prague Post. La stérilisation involontaire fait partie des sujets qui m’ont toujours beaucoup intéressé, déjà parce que je suis une femme. Pendant plusieurs années j’ai suivi différents cas de femmes roms stérilisées à leur insu. Finalement j’avais envie de les rencontrer et de parler avec elles. Par contre je voulais voir les deux revers de la médaille, donc non seulement le point de vue des femmes roms, mais aussi écouter l’opinion des médecins, de l’ombudsman et des infirmières. Je voulais aussi montrer le mode de vie des femmes roms et de leurs familles. Mon objectif était de rendre le film accessible pour les deux parties. »

Quelles sont vos impressions sur les femmes roms qui ont participé au tournage ?

« Je peux dire que j’ai été très impressionnée par toute les trois. Surtout comme elles parlaient librement de ce sujet sensible, non seulement dans le cadre de leur communauté mais aussi sur le plan international. La stérilisation involontaire fait partie des sujets dont les gens ne veulent pas entendre parler. Ces femmes ont eu le courage de se lancer dans une lutte difficile pour le respect de leurs droits et crier dans le monde l’injustice dont elles ont été victime. L’une des femmes a par exemple eu recours à la Cour suprême et Elena Gorolová voyage à travers le monde pour parler de son cas. J’admire leur détermination, leur courage, leur souffle vital et la force d’avoir engagé cette lutte qu’elles n’abandonnent pas. C’est d’ailleurs ce qui m’a inspiré à faire mon film. »

Le film Trial of a child denied (la Plainte de l’enfant dénié) n’a pas été projeté en République tchèque, excepté deux projections organisées par les créateurs du film. Mail il a été presenté à l’étranger, n’est-ce pas ?

Elena Gorolová (Photo : www.trialofachilddenied.org) Le film est sorti à l’initiative du distributeur sur CNN International. Pourtant lorsqu’il a entendu parler du sujet pour la première fois il n’était pas très sûr du résultat. Mais quand il a vu le film pour la première fois, il a été très satisfait et c’est pour cela qu’il l’a fait passer sur CNN. D’ailleurs le film a ramassé une très bonne critique sur le plan international. Mais bien sûr il y a aussi des critiques négatives qui disent par exemple qu’en tant qu’étrangers on ne peut absolument pas évaluer la situation en République tchèque. Il y a également des agressions verbales racistes au sujet des Roms. Sinon on peut encore le voir sur RTP et online sur YouTube où il est suivi de nombreux commentaires et le film a ses propres pages Internet.

Dans le film on ne parle que le tchèque. Est-ce que ce n’est pas gênant pour les étrangers ?

« A vrai dire non. En tout cas il n’y a pas eu de remarques. C’est un des rares films où on ne parle pas l’anglais, il est effectivement entièrement en tchèque, ce qui prouve incontestablement la qualité du contenu. Le film a été déjà vu par près de 20 000 spectateurs du monde entier »

Est-ce que actuellement vous travaillez sur un autre film ?

« Oui, c’est un film documentaire sur une école maternelle se trouvant dans le quartier Luník à Košice en Slovaquie. Luník est un des plus grands ghettos en Europe de l’Est. C’est un endroit morne et sinistre. Des fenêtres aux vitres brisées, des maisons sont délabrées et le sol est jonché de déchets. »

Qu’est-ce qu’il y a de si spéciale à cette école maternelle ?

« L’école maternelle est une vraie merveille, un endroit magique au milieu de cette horreur. De l’extérieur elle fait penser plus à une prison qu’à une école parce que les fenêtres sont grillées, les murs extérieurs en acier et la porte dans le hall également. Mais à l’intérieur c’est un endroit magique. Les institutrices sont très patientes avec les élèves, elles les apprennent le slovaque et à communiquer avec les autres enfants. Après trois ans de fréquentation de l’école les enfants sont capables de s’intégrer dans la société slovaque. D’après moi c’est exactement la voie à prendre au niveau de l’éducation slovaque. Je pense que 95% d’enfants roms ont suivi juste une éducation élémentaire. La population rom en Slovaquie de l’Est est en croissance, donc c’est pour cela que je pense que l’importance de l’éducation devrait être rehaussée dans les communautés roms. »

On se réjouit déjà de voir le prochain film documentaire de la productrice canadienne Dana Wilson.

Pour regarder le film documentaire Trial of a child denied on YouTube – cliquez ici.




The original article can be found at: http://www.romove.cz/fr/clanek/22836
Copyright © Radio Praha, 1996 - 2003