Article from http://www.romove.cz
Printed 24.11.2020 07:38

Gipsy.cz à l’Eurovision 2009 et hommage aux anciens combattants tchèques
21-03-2009  Magdalena Hrozinkova

Dobrý den, bonjour... Le Courrier des auditeurs commence aujourd’hui en musique, en compagnie du groupe Gipsy.cz. Pourquoi ? Anthony Löser, notre fidèle auditeur de Poitiers vous l’expliquera.

Gipsy.cz, photo: Štěpánka Budková « Je vous écris aujourd'hui afin de réagir à la future participation du groupe Gipsy.cz au Concours Eurovision de la chanson qui se déroulera au mois de mai à Moscou. A priori, ce groupe tchèque interprétera la chanson "Aven Romale", ce qui n'est pas un mauvais choix, étant donné qu'il s'agit d'une musique rythmée dont la mélodie fait immédiatement penser à la culture tzigane. Ce qui me gêne fortement en revanche, c'est que ce groupe a choisi de chanter... en anglais et non pas dans leur langue ou en tchèque !!! Il s'agit vraiment d'un choix étrange, d'autant que votre langue est bien plus chantante que l'anglais. Gipsy.cz est-il un groupe originaire du Royaume-Uni ? Non, alors à mon avis, les membres de ce groupe auraient dû éviter l'anglais ! Cette critique est également valable pour le vainqueur 2008, le grand chanteur russe Dima Bilan, qui interpréta "Believe" l'an dernier. Ce n'est pas parce qu'il a chanté en anglais qu'il a pu percer en Europe de l'Ouest (ce qui était vraisemblablement son but, étant donné que son triomphe en Russie ainsi que dans toutes les anciennes républiques soviétiques n'est plus à démontrer à qui que ce soit). Le fait que les artistes chantent souvent en anglais lors de ce concours a pour conséquence que toutes les chansons se ressemblent plus ou moins et que l'Eurovision a perdu de son intérêt. Je pense que chaque artiste devrait être fier de sa langue ! »

Je suis entièrement d’accord avec vous, M. Löser. Nous pouvons prendre beaucoup de plaisir à écouter des chansons dans une autre langue même si l’on ne comprend pas forcément les paroles. Je me souviens, par exemple, de la chanson « Voyage, voyage » de Desireless, grand tube en Tchécloslovaquie communiste encore, fredonnée à l’époque même par ceux qui n’ont appris qu’un seul mot en français : le voyage. Mais revenons au concours Eurovision auquel la République tchèque participe, je le rappelle, pour la troisième fois. Gipsy.cz, qui est sans doute un des groupes les plus intéressants sur la scène musicale locale, représente, à mon avis, un bon choix de la part de la Télévision tchèque.

Merci à Paul Jamet d’Argenteuil qui nous a fait parvenir treize rapports d’écoute. Il constate : « ...je me tourne de plus en plus vers le web pour vous écouter, car le dimanche à 8h 30 TUC l’écoute n’est pas toujours facile. »

Philippe Marsan nous a écrit voilà une semaine : « ...en promenade à la brocante Radio près de Bordeaux, à Cestas, j’ai rencontré notre ami Hervé Brien. Nous avons évoqué l’écoute des Ondes, les récepteurs anciens, les musées, Radio Prague... » Jean Spaeth a joint à ses rapports d’écoute « une petite carte de Varennes pour vous remercier de vos programmes variés que j’écoute plus ou moins souvent, mais avec toujours autant de plaisir. » Merci à tous ceux que je viens de citer, je vous envoie un grand bonjour de notre studio pragois, ainsi qu’une chanson de Tereza Kerndlová qui a représenté la République tchèque à l’Eurovision l’année dernière.

La lettre de Jacques Augustin va clôturer cette émission. Notre auditeur de Rosny-Sous-Bois écrit : « Permettez-moi de vous remercier des 2 magnifiques cartes QSL montrant la voiture à vapeur Ringhoffer 124.001 et la locomotive à vapeur Kladno, la plus ancienne fabriquée en République tchèque. Cela est excellent pour soutenir le passé ainsi que le DX, les ondes courtes et Radio Prague est l’une des meilleures stations du monde pour faire aimer la découverte de Marconi. (...) Pour ce qui relève des programmes », écrivez-vous, M. Augustin, « la qualité est au rendez-vous. Ainsi, j’ai récemment été ému en remontant dans le temps grâce à une chronique mettant en valeur la carrière d’un officier tchèque pendant la Seconde Guerre mondiale. L’entretien était parfait et je n’avais pas envie que cela s’arrête vu la modestie du personnage qui devint colonel de la RAF. Mais précisément, existe-t-il beaucoup d’officiers et soldats tchécoslovaques ayant combattu aux côtés des forces alliées pendant la Grande Guerre et la Seconde Guerre mondiale ? Combien approximativement furent tués ? »

Vous évoquez, M. Augustin, les Chapitres de l’histoire consacrés, en effet, au colonel Petr Uruba, décédé le 1er mars 2009 à l’âge de 92 ans, pilote du 311e escadron de la Royal Air Force. Près de 2 200 pilotes tchécoslovaques ont servi au sein de quatre escadrons de la RAF, quelque 500 d’entre eux auraient perdu la vie dans les combats. Au total, environ 50 000 Tchèques ont combattu aux côté des Alliés pendant la Deuxième Guerre mondiale. En ce qui concerne la Guerre de 1914-1918, plus de 130 000 Tchèques et Slovaques s’étaient engagés dans les légions en France, en Italie et en Russie, ainsi que dans les armées des Alliées.

C’est par ce bref rappel historique que se termine ce Courrier des auditeurs. Merci pour vos lettres, vos remarques et suggestions ! Prochain rendez-vous autour de votre courrier, c’est dans une semaine, même heure, même fréquence. Très bonne semaine à toutes et à tous !




The original article can be found at: http://www.romove.cz/fr/clanek/22296
Copyright © Radio Praha, 1996 - 2003