Article from http://www.romove.cz
Printed 05.08.2020 18:52

Vaclav Klaus critique les post-démocraties
17-05-2005  Alena Gebertova


Les propos du président tchèque Vaclav Klaus laissent rarement indifférent. Ce sont ses attitudes négatives vis-à-vis du Traité constitutionnel européen qui provoquent le plus souvent des réactions irritées - jusqu'au Parlement européen tout récemment. De fraîche date est la controverse provoquée par ses déclarations concernant l'ancien camp de Lety, lieu d'internement de Roms, pendant la SGM qui, selon Vaclav Klaus, n'aurait pas été un « véritable camp de concentration ». Les ONG sont la dernière cible de la critique de Vaclav Klaus. Une information d'Alena Gebertova.

Le président Vaclav Klaus, photo: CTK Quels défis et quel rôle pour le Conseil de l'Europe, au XXIe siècle ? Chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres se sont réunis, ces lundi et mardi à Varsovie, pour chercher des réponses à ces deux questions-clés. Le président tchèque, Vaclav Klaus, qui représentait au sommet la République tchèque, en a offert une. Selon ses propres termes, la tâche principale de la plus vieille institution européenne consiste à lutter contre ce qu'il appelle la post-démocratie. Le faux multiculturalisme, le « humanrightisme/droitdelhommisme » radical, l'écologisme agressif en seraient les traits les plus marquants. « C'est une tentative des groupes, les dites ONG, qui ont vu le jour sans mandat démocratique, d'intervenir directement dans la vie des gens », a dit Vaclav Klaus. Pour lui, «les activités de telles organisations représentent de nouvelles formes de menace de la liberté de l'homme».

Dans les pages de l'édition de ce mardi du quotidien Lidove Noviny, le président tchèque précise sa vision de l'Europe telle que le Conseil de l'Europe est amenée, d'après lui, à défendre. Ce serait, je cite : « une Europe de valeurs libérales traditionnelles. Une Europe de la liberté et de la paix, une Europe de la diversité, une Europe des Etats-nations démocratiques... ». Pour finir, en réaction au mot d'ordre du sommet de Varsovie - « Les valeurs européennes et l'unité européenne » - Vaclav Klaus fait remarquer : « J'ose dire que l'unité ne doit pas être la priorité. Ce sont les valeurs liées à la liberté, au droit, à une économie de marché libre qui sont prioritaires ».




The original article can be found at: http://www.romove.cz/fr/clanek/20613
Copyright © Radio Praha, 1996 - 2003