Recherche
24.10.2020
NOUVELLES

HISTOIRE

TRADITIONS, CULTURE

RADIO PRAGUE





Česky English Deutsch Francais
« L’histoire tchèque est le miroir de l’histoire européenne »
« Je trouve la population tchèque assez héroïque dans son histoire, » déclare l'écrivaine française Claude Poulain de la Fontaine. Et c'est justement l'histoire tchèque du siècle écoulé qui sert de toile de fond à ses polars, même si elle y aborde également ses aspect plus sombres et moins glorieux. Nous l'avons rencontrée lors de son passage à Prague cet hiver.

Claude Poulain de la Fontaine, photo: Archives de Claude Poulain de la Fontaine Claude Poulain de la Fontaine bonjour. Vous êtes musicologue de formation, et musicienne, de quel instrument jouez-vous ?

« Je suis chanteuse. J’ai fait de l’art lyrique pendant longtemps. »

C’est votre voix qui est votre instrument...

« Je m’accompagne malgré tout au piano. »

Vous êtes aussi depuis quelques années autrice de roman, de polars notamment. Citons les deux plus importants, qui nous intéressent particulièrement. Il y a Le Quatuor Thérèse pour lequel vous avez reçu le prix Michel Lebrun du polar, et L’archet de Miloš. Pour les auditeurs ou les lecteurs qui s’intéressent à la culture tchèque, Miloš évoque évidemment Miloš Forman. J’imagine que ce n’est pas sur Miloš Forman, mais ça a un lien avec la musique, or la Tchéquie est un pays de musiciens également.

« Oui. C’est vrai que c’est le prénom de Miloš Forman qui m’a inspirée. Il n’y a rien de plus. C’est le prénom, et cela n’a pas été au-delà. Je suis musicienne et évidemment, j’ai préféré écrire sur ce que je connaissais. J’ai été très touchée en arrivant à Prague en 1991 par l’omniprésence de la musique. Ce n’est pas la seule raison. Il y avait aussi tout l’aspect historique, et l’ambiguïté historique qui m’a beaucoup frappée en 1991 quand je suis venue pour la première fois. »

Qu’est-ce que vous entendez par ambiguïté historique ?

Photo: Éditions du Jasmin « Un monde entre deux, c’est-à-dire ni à l’est ni à l’ouest, ni dans le présent ni dans le futur. Une espèce de réalité qui attendait de se déterminer. J’ai trouvé ça particulièrement intéressant. »

C’était très romanesque pour vous à l’époque ?

« Oui, forcément, très romanesque, et puis toutes les ambiguïtés sont intéressantes pour un écrivain, parce qu’elles peuvent déboucher d’un côté ou de l’autre et elles enrichissent les personnages. »

Pour revenir à ce séjour en 1991, c’était deux ans après la chute du communisme, deux ans après la Révolution de Velours dont on a fêté le trentenaire très récemment. Qu’est-ce qui vous a conduit en pays tchèque à cette époque-là ?

« J’avais une attirance pour les pays dits de l’est, qui ne sont pas tant à l’est que ça finalement. J’étais déjà venue dans les années 1980 en Pologne, ce n’est pas du tout la République tchèque mais cela reste l’Europe centrale. Cela avait été un contact fort. J’avais fait un voyage avec l’UNESCO. Il se trouve qu’à ce moment-là, j’avais été en contact avec des gens de Solidarność et cela m’avait passionnée. Quand la révolution de Velours a eu lieu, j’avais vraiment envie de venir. »

Est-ce qu’au cours de votre formation de musicologue, vous avez été attirée ou intéressée par les musiciens, les compositeurs tchèques ? On pense peut-être à Dvořák, Martinů, Janáček… C’était quelque chose qui vous était familier, ou que vous avez découvert plus via votre intérêt pour le pays ?

« C’est plutôt dans ce sens-là que cela s’est produit. Dvořák bien sûr, mais pour les autres moins. C’est plutôt après la découverte de 1991 que je me suis vraiment plongée dans la musique tchèque, et puis plus récemment à l’occasion du second roman que j’ai écrit sur le quatuor Thérèse, donc toute la culture juive musicale puisque cela se déroule à Terezín. Des compositeurs comme Gideon Klein, comme Hans Krása, que j’ai découverts par la suite, et que j’ai trouvé passionnants. »

Le groupe de swing à Terezín, photo: Archives Jad Vašem Il y a beaucoup de projets qui existent autour de ces musiciens. On appelle d’ailleurs les musiques interdites ces musiques qui sont nées dans les ghettos et dans les camps pendant la Seconde Guerre mondiale. Vous parlez de Terezín, c’était un camp très particulier puisque y ont été enfermés beaucoup d’artistes, et justement ces musiciens. C’est aussi là qu’est né un opéra, Brundibár. Qu’est-ce qui vous a attirée dans ce pan de l’histoire ? On parlait de l’ambiguïté du pays entre passé et présent, est-ce que c’était cela aussi?

« Bien sûr cela y contribue, parce que Prague est une mosaïque. Il y a le quartier juif, on sent malgré tout aussi une présence allemande d’un point de vue culturel, et puis évidemment l’identité slave, tchèque, à proprement parler. On a l’impression que ça vit de manière très harmonieuse alors qu’en fait il y a eu des soubresauts terribles. C’est dans cette ambiguïté-là qu’il y a une espèce de ligne de faille qui est intéressante à explorer sur le plan romanesque. Parce qu’un écrivain doit se nourrir de tout ce qui est romanesque et donc qui n’est pas dit, qui n’est pas cité, qui n’est pas directement visible. »

Comme vous le rappelez, vous n’êtes pas tchécophone. Comment avez-vous travaillé concrètement pour faire vos recherches ? Sur Terezín, il doit y avoir une littérature spécialisée, historique qui existe?

Photo: Éditions du Jasmin « J’y suis allée et j’ai pris plein de documentation. J’ai trouvé aussi de la documentation sonore, des disques. J’ai trouvé aussi beaucoup d’archives visuelles, et c’est de ces archives visuelles aussi que je me suis nourrie pour restituer une partie des personnages. Le quatuor Thérèse en particulier. »

En quelques mots, qu’est-ce que le quatuor Thérèse ?

« Ce quatuor Thérèse, ce sont quatre musiciens. Cela ne se déroule pas à Prague. Le quatuor Thérèse se déroule à Karlovy Vary, eu égard à la difficulté de ce territoire qui a tellement changé de nationalité. »

Les fameuses Sudètes...

« Les fameuses Sudètes. C’est un territoire ambigu, qui a changé plusieurs fois de main, pour le dire un peu vulgairement. Ce quatuor s’est formé dans l’extrême jeunesse, en plein apprentissage de la musique. Ce sont des jeunes qui faisaient partie de la communauté juive de Karlovy Vary. »

Vous vous êtes inspirée d’un quatuor existant ?

La place Adolf Hitler à Karlovy Vary, 1939, photo: Brück ' Sohn Kunstverlag Meißen, CC BY-SA 3.0 « Pas du tout. C’est complètement inventé. Par contre, ce qui est fondé, c’est que Karlovy Vary, lors de l’invasion de la Tchécoslovaquie en 1938, était une des plus grandes communautés juives d’Europe centrale. Il y a même eu le premier congrès sioniste [après la Première guerre mondiale, ndlr] qui s’est produit là-bas. Mon quatuor vit là-bas, et arrivent tous les problèmes que l’histoire a portés avec elle. Ils sont séparés après le coup de Prague en 1948. »

Le coup de Prague, c’est l’arrivée au pouvoir du parti communiste après la guerre.

« Voilà. Deux restent à Prague, deux partent à Berlin. »

Donc un quatuor à la fois balloté sous l’Occupation par la Deuxième Guerre mondiale, et ensuite par l’histoire plus récente et plus contemporaine qui est celle de la période communiste en Tchécoslovaquie...

« Ils se retrouvent en 1989 et vont s’établir dans une maison de retraite pour musiciens dans les Sudètes à Karlovy Vary. Et là, toute une série de meurtres survient. »

Vous êtes à l’heure actuelle aussi en République tchèque pour un projet d’un autre roman futur.

« Dont je peux déjà vous dire le titre : Tempo de cochon. »

C’est encore une histoire de musique avec « tempo » ?

« Absolument. Tempo de cochon. »

Le cochon fait référence à quelque chose d’également très compliqué dans l’histoire tchèque avec la porcherie de Lety, qui était un camp où a été enfermée une partie de la population d’origine Rom pendant la Seconde Guerre mondiale. Comment travaillez-vous sur ce sujet aussi très compliqué ?

La porcherie de Lety, photo: Archives de Radio Prague Int. « Il y a une part de hasard, parce que quand j’avais commencé à écrire L’archet de Miloš, j’étais partie pour un seul roman. Il m’est apparu que l’histoire tchèque avait beaucoup de choses à dire. C’est comme un miroir de l’histoire européenne. J’avais envie de travailler sur un autre aspect, notamment parce que je trouve la population tchèque assez héroïque dans son histoire, assez admirable, sauf peut-être sur cet aspect-là. On ne peut pas toujours être complètement dithyrambique donc j’ai voulu explorer cette face un peu sombre. Je me suis penchée sur l’histoire des Roms. En faisant des recherches, je suis tombée sur cette histoire qui m’a laissée complètement pantoise. J’ai voulu en savoir plus. Après, je suis partie sur mes personnages qui sont apparus naturellement dans cette histoire. »

Rappelons en quelques mots, c’est un site dont les bâtiments n’existent plus, mais aujourd’hui on y a retrouvé des fosses communes des personnes qui se trouvaient dans ce camp pendant la Seconde Guerre mondiale. Une porcherie a été construite sur le site sous le communisme et pendant plusieurs années, depuis la chute du régime communiste, les militants Roms ont voulu le récupérer pour en faire un lieu de mémoire. Cela a été une longue bataille et il y a quelques années, l’Etat tchèque, après moult tergiversations, a racheté cette porcherie. A l’heure actuelle, ce mémorial est en train de prendre forme...

« Ce n’est pas encore complètement fait. D’après ce que j’ai lu pour l’instant, c’est en voie d’être résolu mais ça ne l’est pas encore. Vous avez justement parlé des militants Roms qui se sont débattus pour obtenir une forme de réparation et de lieu de mémoire et de reconnaissance. C’est sur cette toile de fond que j’ai voulu bâtir mon intrigue. Et aussi, sur les tergiversations de la communauté européenne, c’est-à-dire que c’est une double intrigue qui se déroule. »

A l’heure actuelle ? Ce n’est pas un roman historique ?

Le camp de Lety, photo: Musée de la culture rom « Il se déroule en 1999, c’est-à-dire avant que tout cela ne trouve une résolution honorable. Il y a eu aussi beaucoup de tergiversations de la part de la communauté européenne, c’est-à-dire des contradictions entre tout son pôle des droits de l’Homme, humanitaire, avec la Cour Européenne des Droits de l’Homme qui s’est positionnée de manière très claire par rapport à un démantèlement de la porcherie, et de l’autre côté des fonds de la Politique Agricole Commune qui ont été donnés à la Tchéquie sans aucun droit de regard sur ce qui allait être fait et qui ont été investis dans la modernisation de la porcherie. Cela a d’ailleurs retardé considérablement sa destruction. Je ne peux pas m’empêcher d’y voir une volonté de laisser tout bien enfoui. »

En quoi la musique sera-t-elle présente ? Via la culture rom ?

« Oui, via la culture rom. Dans les deux premiers livres, c’est vraiment la musique classique. Je suis de formation classique donc ce que j’aborde c’est d’abord un grand violoniste dans L’archet de Miloš, dans le second c’est le quatuor à cordes, et puis dans le troisième c’est vraiment la musique rom, mais pas que. Tout ce qui est autour aussi des interactions entre la musique tchèque et la musique rom. »

C’est donc un troisième roman lié aux pays tchèques, est-ce que vous bouclez la boucle ?

Photo: Archives de Radio Prague Int. « Il y en a un quatrième prévu, qui sera le dernier, je pense. Ce n’est pas une série, une série sous-tendrait juste des intrigues alors que là, j’approfondis des personnages avec leur vie, avec des interactions, avec d’autres pays, certains voyagent, ça imprègne profondément leur existence. Je voudrais terminer sur la grande inondation de 2002. Ce que j’ai ressenti de tout ce que j’ai lu en documentation, c’est que 2002 a été une espèce d’ouverture de la modernité et fermeture de la page du communisme. Comme si Prague sous les eaux s’était réveillée après en une grande capitale européenne. »



Articles correspondants
DateTitreRubrique
12.06.2020Le projet du futur mémorial de Lety dévoiléNouvelles
27.01.2020Shoah : le gouvernement relance le projet de mémorial à l’ancienne gare de déportationNouvelles
13.09.2019A Lety, les tombes des victimes roms des nazis mises au jourNouvelles
08.02.2018Mémoire rom : le camp de Lety, la tentation des politiques tchèquesNouvelles
30.01.2018Lety, enjeu majeur de la mémoire du génocide romNouvelles
24.11.2017Mémoire Rom : la Tchéquie achète enfin la porcherie située surl’ancien camp de concentration de LetyNouvelles
02.08.2017Mémoire rom : l’Etat tchèque s’apprête à racheter la porcherie sur l’ancien camp de LetyNouvelles
08.11.2016Mémoire rom : la porcherie de Lety disparaîtra-t-elle enfin ?Nouvelles
18.05.2016La mémoire rom toujours en jeu à LetyNouvelles
Tous les articles correspondants
Article
Formater pour l'impression
Envoyer par e-mail

Choix dans les archives d'rubrique "Nouvelles"
12.06.20  Le projet du futur mémorial de Lety dévoilé
27.01.20  Shoah : le gouvernement relance le projet de mémorial à l’ancienne gare de déportation
13.09.19  A Lety, les tombes des victimes roms des nazis mises au jour
07.08.19  Les victimes de stérilisation forcée enfin indemnisées ?
08.04.19  Journée internationale des Roms : concerts et baptême d’un livre
07.04.19  La musique rom
03.04.19  Brexit : un nouveau manuel pour aider les Tchèques à rentrer au pays
21.03.19  Rom ou Tsigane : en tchèque, mieux vaut ne pas se tromper
17.03.19  R.I.P Věra Bílá
01.03.19  David Tišer : « Toute ma vie, j’ai brisé des tabous »
Archives

Articles les plus lus
150382    Histoire et origine des Roms
71909    L'enfance
53162   12.07.05 Drogues en Tchéquie : l'héroïne et la pervitine en déclin, au profit du cannabis et de l'ecstasy
53159   02.08.04 60 ans depuis l'holocauste rom à Auschwitz-Birkenau
52508    Le mode de vie traditionnel des Roms sur le territoire de l'ex-Tchécoslovaquie
43587    Histoire des Roms sur le territoire de la République tchèque
41204    La situation des Roms après 1989
38619    La famille
32642   05.03.03 Un skinhead condamné à 17 ans de prison pour le meurtre d'un Rom
30676   26.05.05 Le gypsy jazz au festival Khamoro
Copyright © Český rozhlas / Czech Radio, 1997-2020
Vinohradská 12, 120 99 Praha 2, Czech Republic
E-mail: info@romove.cz