Recherche
19.9.2020
NOUVELLES

HISTOIRE

TRADITIONS, CULTURE

RADIO PRAGUE





Česky English Deutsch Francais
Du rififi suite au renvoi du directeur de l’Agence gouvernementale pour l’intégration sociale
22-04-2015 - Pierre Meignan
La décision du ministre en charge des droits de l’Homme, le social-démocrate Jiří Dienstbier, de renvoyer Martin Šimáček de son poste de directeur de l’Agence gouvernementale pour l’intégration sociale suscite des remous. Ce dernier considère irrecevables les raisons avancées pour son éviction et bénéficie du soutien des employés de ce bureau travaillant notamment les problématiques auxquelles font face les Roms en République tchèque.

Martin Šimáček, photo: ČTK Le nombre de quartiers identifiés comme des territoires d’exclusion voire des ghettos n’a pas diminué ces dernières années. C’est même plutôt le contraire, on en recenserait environ 400 pour quelque 80 000 habitants. En coopération avec l’Etat et les communes concernées, l’Agence gouvernementale pour l’intégration sociale, dont Martin Šimáček a pris les commandes en février 2009, un an après sa création, a pour rôle de proposer des solutions pour changer la donne et aider les populations qui vivent dans ces zones marquées par le chômage, la pauvreté, l’insécurité sociale, la criminalité, le mal-logement.

Inattendue, l’annonce jeudi dernier du renvoi du directeur de cette institution a suscité colère et incompréhension, et en premier lieu chez l’intéressé qui considère sur son blog comme « mensongères et insultantes » les cinq raisons invoquées par le ministre pour justifier sa mise à pied. Ces raisons, rendues publiques tardivement, Jiří Dienstbier les a présentées en conférence de presse ce mardi. Elles se divisent en deux groupes, le premier ayant trait à des commandes publiques. On écoute le ministre :

Jiří Dienstbier, photo: ČTK « De façon répétée, de sérieux problèmes dans ce domaine ont été découverts à l’Agence gouvernementale pour l’intégration sociale. Il y a eu dernièrement un problème de trop à l’origine de mon initiative de demander le renvoi de son directeur. Il s’agit d’une commande pour acheter du temps d’antenne à la télévision pour une somme de cinq millions de couronnes, TVA comprise (environ 180 000 euros, ndlr). »

Dans le cadre de cette commande, Jiří Dienstbier reproche à Martin Šimáček de ne pas avoir informé à temps le gouvernement comme la loi l’y oblige. Une allégation « honteuse » pour l’accusé qui dit avoir passé l’information très tôt mais n’avoir obtenu un retour que deux jours avant le début de la campagne télévisée.

Le projet de réorganisation de l’agence constitue le deuxième point litigieux principal mis en avant par le ministre, selon lequel Martin Šimáček aurait refusé toute discussion sur le sujet, ce que ce dernier nie. Sans omettre de mentionner ses réserves sur le plan de séparation en deux entités distinctes de son institution, lesquelles, indissociables, ne seraient ainsi selon lui pas fonctionnelles, le futur ex-directeur affirme même avoir demandé l’organisation de rencontres sur ce thème et n’avoir reçu pour seule réponse que d’être renvoyé.

Le quotidien Právo fait quant à lui état de « bruits de couloir », selon lesquels Martin Šimáček n’était pas en odeur de sainteté auprès de différents politiciens, et notamment auprès de Martin Klika, un élu social-démocrate du nord de la Bohême, qui aurait pu jouer un rôle dans son éviction. Šimáček ne cache pas que son agence et lui-même peuvent faire l’objet de quelques inimitiés :

Photo illustrative: Člověk v tísni « Je sais qu’il existe tout une série de politiciens et également de membres de ce qu’on pourrait appeler l’élite rom qui étaient agacés par les efforts de l’agence et de ses employés, qui se sont montrés aptes à réaliser ce travail dans les localités concernées. Ce sont par exemple des gens qui étaient auparavant membres du Conseil gouvernemental pour la minorité rom et qui étaient même parfois liés avec lui d’un point de vue financier. »

Plusieurs organisations non gouvernementales, dont Člověk v tísni, où Martin Šimáček avait précédemment travaillé huit années, lui ont apporté leur soutien. A l’instar d’un certain nombre de maires, toutes tendances politiques confondues, à la tête de municipalités concernées par la coopération avec l’Agence gouvernementale pour l’intégration sociale, laquelle opère actuellement dans 36 localités. Ces élus se sont liés à la lettre ouverte signée par les employés du bureau, qui disent désormais craindre pour son avenir.



Articles correspondants
DateTitreRubrique
08.11.2016Mémoire rom : la porcherie de Lety disparaîtra-t-elle enfin ?Nouvelles
18.05.2016La mémoire rom toujours en jeu à LetyNouvelles
18.12.2015Intégration sociale : neuf communes « exclues » supplémentaires seront aidéesNouvelles
15.12.2015Des étudiants tchèques parmi les boursiers du Fonds pour l'éducation des RomsNouvelles
09.09.2015Vers une indemnisation des victimes de stérilisation forcéeNouvelles
21.08.2015Rapport Social Watch : la pauvreté ne recule pas dans une société tchèque marquée par la montée de l’intoléranceNouvelles
09.04.2014Nouveau rapport sur la violence à l'égard des RomsNouvelles
24.08.2011Tensions entre la population locale et la minorité rom en Bohême du NordNouvelles
20.04.2006Les ghettos roms en Tchéquie se comptent par centainesNouvelles
Article
Formater pour l'impression
Envoyer par e-mail

Choix dans les archives d'rubrique "Nouvelles"
12.06.20  Le projet du futur mémorial de Lety dévoilé
02.05.20  « L’histoire tchèque est le miroir de l’histoire européenne »
27.01.20  Shoah : le gouvernement relance le projet de mémorial à l’ancienne gare de déportation
13.09.19  A Lety, les tombes des victimes roms des nazis mises au jour
07.08.19  Les victimes de stérilisation forcée enfin indemnisées ?
08.04.19  Journée internationale des Roms : concerts et baptême d’un livre
07.04.19  La musique rom
03.04.19  Brexit : un nouveau manuel pour aider les Tchèques à rentrer au pays
21.03.19  Rom ou Tsigane : en tchèque, mieux vaut ne pas se tromper
17.03.19  R.I.P Věra Bílá
Archives

Articles les plus lus
150382    Histoire et origine des Roms
71909    L'enfance
53162   12.07.05 Drogues en Tchéquie : l'héroïne et la pervitine en déclin, au profit du cannabis et de l'ecstasy
53159   02.08.04 60 ans depuis l'holocauste rom à Auschwitz-Birkenau
52508    Le mode de vie traditionnel des Roms sur le territoire de l'ex-Tchécoslovaquie
43587    Histoire des Roms sur le territoire de la République tchèque
41204    La situation des Roms après 1989
38619    La famille
32642   05.03.03 Un skinhead condamné à 17 ans de prison pour le meurtre d'un Rom
30676   26.05.05 Le gypsy jazz au festival Khamoro
Copyright © Český rozhlas / Czech Radio, 1997-2020
Vinohradská 12, 120 99 Praha 2, Czech Republic
E-mail: info@romove.cz