Recherche
16.11.2019
NOUVELLES

HISTOIRE

TRADITIONS, CULTURE

RADIO PRAGUE





Česky English Deutsch Francais
Urs Karpatz : faire revivre le chant tsigane en voie de disparition
02-06-2012 - Anna Kubista
Au festival Khamoro cette année étaient présents de nombreux groupes de musique tsigane traditionnelle ou plus contemporaine. Parmi les ensembles de passage à Prague, Urs Karpatz, un groupe venu de France, qui s’est produit jeudi à Prague et doit se produire ce samedi soir une seconde fois. A l’origine d’Urs Karpatz, l’histoire extraordinaire de Dimitri, « gadjo » de Bretagne qui s’est très tôt pris d’affection pour ces gens qu’on dit « du voyage ». Une histoire qu’il a racontée en détails à Radio Prague.

Urs Karpatz au defilé de Khamoro, photo: Kristýna Maková Dimitri, pour quelqu’un qui ne connaîtrait pas votre musique, comment caractériseriez-vous Urs Karpatz et la musique que vous jouez ? Est-ce un orchestre ? Vous êtes assez nombreux…

« Urs Karpatz est un groupe un peu particulier, dans la mesure où c’est un groupe qui a vu le jour il y a vingt ans. Nous allons d’ailleurs fêter cet anniversaire l’an prochain avec trois concerts exceptionnels à Paris à L’Européen. C’est un groupe qui dans une première période, n’était formé que de quelques musiciens, pour accompagner un spectacle d’ours que je donnais. Petit à petit, ce groupe s’est constitué musicalement. On est passé de trois à neuf personnes. En 1998, j’ai décidé de professionnaliser le groupe. C’est avant tout un groupe lié au chant tsigane, ethnique, sur lequel on a fait un gros travail pour éviter qu’il ne disparaisse, qu’on a remis au goût du jour, pour certains, et d’autres qu’on a enrichis au niveau du texte parce qu’il ne restait que des fragments. »

Ce n’était que de la culture orale qui pouvait se perdre…

Urs Karpatz au defilé de Khamoro, photo: Kristýna Maková « Tout à fait. Les choses se perdaient petit à petit avec les changements de génération. Parallèlement les musiciens travaillant avec moi étant excellents, cela étoffait le répertoire. »

D’où viennent tous ces musiciens ?

« Au début, certains étaient issus d’origine tsigane de Grèce, d’ex-Yougoslavie… Petit à petit, ça s’est resserré. Tous vivent à une quelque centaine de kilomètres à la ronde en Roumanie. »

Comment faites-vous pour vous rencontrer ?

« Depuis vingt ans, ce sont des gens qui ont un permis de séjour en France. Personnellement, j’ai toujours fait l’effort pour qu’ils puissent retourner le plus souvent chez eux, pour éviter qu’ils ne se déracinent en France. »

Pourriez-vous détailler votre répertoire et avez-vous des compositions personnelles ?

« Le répertoire est issu de choses traditionnelles, de chants en voie d’extinction. On a aussi quelques compositions personnelles, tout en gardant l’esprit traditionnel tsigane. »

Urs Karpatz Quels sont les thèmes de ces chants ?

« Les chants traditionnels chez les Roms sont souvent liés à la manière dont se déroule leur vie : la famille, les déplacements et aussi les affrontements avec les non-Tsiganes. »

Dans vos compositions, reprenez-vous ce type de thèmes, ou en trouvez-vous des nouveaux, plus d’actualité ?

« On les reprend peu. Les textes sont moins traditionnels, plus poétiques, plus riches en vocabulaire aussi, quand c’est possible. Car la langue tsigane est une langue très pauvre. Cela peut être des thèmes religieux, ou par rapport au contexte social des Roms dans les sociétés occidentales. En tout cas, c’est beaucoup plus personnel et plus poétique. »

Quel est votre public ? Ce sont des Roms et des non-Roms ?

« Ce sont à 98% des non-Roms. Donc en général, on donne les explications des chansons. Et parfois il y a des Roms, mais peu. Sauf dans les cas de pèlerinage comme aux Saintes-Maries-de-la-Mer. »

Vous êtes d’origine bretonne. Comment êtes-vous arrivé à la culture rom ?

« J’ai eu une vie un peu spéciale dès tout petit. Ceux qu’on appelait à l’époque les ‘Romanos’ stationnaient non loin de là où j’habitais. Dès tout petit, je m’enfuyais pour les rejoindre, aller chez eux. Evidemment, j’avais droit à une raclée au retour ! Je voulais partir avec eux. J’ai eu une jeunesse pas très heureuse qui a fait que ce sont des gens que j’ai fréquentés pendant toute cette période. »

Vous avez appris la langue…

« A l’époque, pas spécialement. Quand on est enfant, on ne cherche pas forcément à apprendre une langue, mis à part bien sûr les insultes et les gros mots ! De fil en aiguille, aimant aussi beaucoup le chant, mon contact avec eux a perduré pendant des décennies. Quand les pays de l’Europe centrale étaient sous le joug soviétique, je me suis rendu très souvent dans ces pays sous couvert de visa touristique. »

Urs Karpatz Comment vivaient ces populations roms à l’époque ? Cela devait être différent selon les pays…

« Cela changeait selon les pays. Dans les pays comme la Roumanie, l’ex-Yougoslavie, voire la Russie, ils n’étaient pas dangereux politiquement, donc on les a laissés libres de se déplacer et de se nomadiser. Dans d’autres pays, on les a muselés, on a cassé toutes leurs roulottes et tué leurs chevaux et on les a implantés là où ils se trouvaient, voire dans certains pays, on les a stérilisés. »

Cela a été le cas en Tchécoslovaquie…

« Tout à fait. C’est vrai que j’ai assisté à l’époque, en Slovaquie, à des choses assez dramatiques. »

Vous avez sillonné l’Europe à cette époque-là. Il y a un tournant dans votre vie, en Bosnie. C’est de là qu’est né Urs Karpatz. Pouvez-vous nous raconter cette histoire ?

« Vers 1983, 1984, je me suis retrouvé très lié avec des Roms de Serbie. Avec mon amie, on est partis, on savait quelles routes ils prenaient entre mars et octobre. Ces gens-là parcourent les routes avec des ours. On s’est beaucoup liés d’amitié avec eux. Un jour, au bord d’un lac, j’ai vu un enfant du chef de la tribu en train de se noyer. Je n’ai pas hésité, je suis allé le récupérer. C’est là qu’on m’a offert un ourson. Et il a fallu gérer le cadeau empoisonné ! »

Comment l’avez-vous géré ?

« Evidemment, je n’ai pas pu le refuser. Je m’en suis occupé pendant des années. En France, au travers des fêtes médiévales, j’ai renoué avec la tradition des montreurs d’ours. Et j’ai introduit un, deux puis trois musiciens tsiganes. Parce qu’avant d’être ariégeoise ou française, c’était une tradition tsigane. Autrefois, ils étaient montreurs d’animaux, certains avaient des ours. Ils ont parcouru la France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Quand ils sont passés dans les Pyrennées, notamment en Ariège, les habitants de la région, très pauvres, ont eu l’idée de devenir aussi montreurs d’ours, vu qu’il y en avait plein dans les montagnes. »

Avez-vous toujours des ours aujourd’hui ?

« Oui, j’ai mes trois plus vieux ours qui vivent paisiblement leur retraite en Bretagne. Ils ont 27 et 28 ans. »

Ça vit longtemps un ours…

« Ça vit entre 20 et 25 ans, mais en captivité, s’ils ont un bon équilibre, ils peuvent atteindre 40 ans. »

Urs Karpatz Que vous apporte cette vie pleine de musique, de tournées ?

« Des emmerdes… de plus en plus ! (rires) Parce que le temps imparti à la musique et à faire ce qu’on aime est de plus en plus réduit, car il y a de plus en plus d’obligations, d’administratif. Par les temps qui courent, on sait que la culture, surtout populaire, est mise à mal. Mais je dis souvent que la liberté est le droit de se contraindre soi-même. »

Est-ce que vous ressentez un regain de racisme anti-rom en Europe ou est-ce dans la lignée d’une tradition de rejet ?

« Les choses vont et viennent. Je pense que petit à petit les choses vont plutôt vers l’inverse du racisme. Mais il y a des relents, des modes. Et puis, c’est tellement facile de s’attaquer à des gens qui sont faibles et qui n’ont pas de lobby pour se défendre… »



Articles correspondants
DateTitreRubrique
07.04.2019La musique romNouvelles
25.05.2018Les sorties culturelles du week-end : les églises et les châteaux privés ouvrent leurs portesNouvelles
27.05.2013Le festival international rom Khamoro débute ce lundi à PragueNouvelles
30.05.2012Festival Khamoro : le soleil rom se lève sur PragueNouvelles
27.05.2010Tchavolo Schmitt : « Django Reinhardt, notre père spirituel »Nouvelles
24.05.2010Le guitariste manouche Tchavolo Schmitt, tête d’affiche de Khamoro 2010Nouvelles
23.05.2010Ouverture du festival de culture rom KhamoroNouvelles
25.05.2009Khamoro 2009Nouvelles
01.06.2008Yorgui Loeffler : « Les plus grands musiciens roms sont dans les pays de de l’Est »Nouvelles
Tous les articles correspondants
Article
Formater pour l'impression
Envoyer par e-mail

Choix dans les archives d'rubrique "Nouvelles"
13.09.19  A Lety, les tombes des victimes roms des nazis mises au jour
07.08.19  Les victimes de stérilisation forcée enfin indemnisées ?
08.04.19  Journée internationale des Roms : concerts et baptême d’un livre
07.04.19  La musique rom
03.04.19  Brexit : un nouveau manuel pour aider les Tchèques à rentrer au pays
21.03.19  Rom ou Tsigane : en tchèque, mieux vaut ne pas se tromper
17.03.19  R.I.P Věra Bílá
01.03.19  David Tišer : « Toute ma vie, j’ai brisé des tabous »
21.02.19  « Most ! », une série télévisée à succès qui se moque du racisme tchèque
22.11.18  La militante rom Elena Gorolová, reconnue pour son combat contre les stérilisations forcées
Archives

Articles les plus lus
150382    Histoire et origine des Roms
71909    L'enfance
53162   12.07.05 Drogues en Tchéquie : l'héroïne et la pervitine en déclin, au profit du cannabis et de l'ecstasy
53159   02.08.04 60 ans depuis l'holocauste rom à Auschwitz-Birkenau
52508    Le mode de vie traditionnel des Roms sur le territoire de l'ex-Tchécoslovaquie
43587    Histoire des Roms sur le territoire de la République tchèque
41204    La situation des Roms après 1989
38619    La famille
32642   05.03.03 Un skinhead condamné à 17 ans de prison pour le meurtre d'un Rom
30676   26.05.05 Le gypsy jazz au festival Khamoro
Copyright © Český rozhlas / Czech Radio, 1997-2019
Vinohradská 12, 120 99 Praha 2, Czech Republic
E-mail: info@romove.cz