Recherche
21.9.2020
NOUVELLES

HISTOIRE

TRADITIONS, CULTURE

RADIO PRAGUE





Česky English Deutsch Francais
« Anges déchus », un spectacle qui permet aux prisonniers de « s’évader »
« Padající andělé », en français « Anges déchus », c’est un spectacle multi-genre monté au Théâtre national de Moravie-Silésie d’Ostrava, dans le nord-est du pays, par le chorégraphe et metteur en scène français Philippe Talard. Un spectacle mêlant danse, chant et acrobatie, sur et dans l’univers carcéral, car il met en scène, aux côtés des danseurs et acteurs professionnels, une dizaine de détenus d’une prison locale. Le spectacle est présenté ce jeudi en première.

Depuis dix ans, le danseur et chorégraphe Philippe Talard a réalisé des spectacles dans plusieurs établissements pénitentiaires en Europe, notamment à Marseille, à Rome et à Luxembourg. Sa démarche qui consiste à porter un autre regard sur la prison est inspirée de l’œuvre de l’écrivain Jean Genet. Philippe Talard :

« Je trouve que ses textes décrivent non seulement l’univers carcéral, mais justement la situation d’un ‘ange déchu’, de quelqu’un qui a chuté. C’est toute l’histoire dans cette pièce et dans n’importe quel livre de Genet : la situation de l’abandon. On est abandonné par les autres, par sa mère, comme Genet d’ailleurs. On a violé, on a tué, on a commis des fautes, on a détourné de l’argent et on se retrouve en prison et là, on se rend compte que l’on est vraiment tout seul, comme il le dit. Et on paye la peine. Il faut que le prisonnier accepte d’avoir commis le délit, qu’il ne l’oublie pas et qu’il soit, enfin, prêt à quitter la prison, à être libre. Justement, le travail que je fais n’est pas seulement artistique, mais c’est un travail de réinsertion pour essayer de réintégrer quelqu’un dans une société qui n’en veut plus. »

Philippe Talard Philippe Talard a sélectionné une dizaine de détenus, pour la plupart les membres d’une chorale de la prison. Le spectacle a été créé au bout de six mois de répétitions intenses. Philippe Talard :

« Sur les dix prisonniers qui travaillent dedans, il y en a huit qui sont roms. Ils sont vivants, allègres, très à l’aise avec le chant en particulier, avec le mouvement aussi. »

Ivan Plachetka fait partie de ce groupe de prisonniers et désormais aussi comédiens tziganes, dont la mentalité serait proche, selon le chorégraphe, à celle des prisonniers italiens :

« Nous sommes roms, alors la danse nous est propre. Mais ce qui n’est pas évident pour nous, c’est la chorégraphie, certains éléments du spectacle. »

« Non, ce n’était pas difficile, il a fallu apprendre la chorégraphie et la répéter, mémoriser. Ce qui était plus difficile pour nous, c’est que nous devions nous mettre d’accord, nous respecter, nous écouter les uns les autres et surtout faire ce que l’on nous disait. Tout le monde n’en a pas toujours envie, c’est clair. »

La compréhension des textes de Jean Genet n’a pas été un obstacle pour les détenus, comme l’explique Milan Vašek :

« Ces textes reflètent ce que c’est qu’une prison, ils parlent de cette frontière fragile entre la liberté et la non-liberté. Aujourd’hui, il est très facile de perdre la liberté. »

La musique originale du spectacle « Anges déchus » a été composée par Armand Amar, auteur de musiques de films. On l’écoute :

« C’est un projet étonnant… Il m’a fallu un peu de réflexion avant de dire oui. Les textes sont très beaux, même si je suis un peu loin d’eux… Je les trouve assez durs. Ce qui m’a intéressé, c’était d’amener un certain lyrisme pour aller contre cet univers dur, vers quelque chose de plus onirique, plus léger. »

La liberté n’est que spirituelle, tel est, d’après Philippe Talard, le principal message de son spectacle « Anges déchus » :

« Dans tous les livres de Genet, on retrouve les descriptions de cette immense liberté possible pour un être humain qui est incarcéré. S’il est incarcéré, il faut qu’il puisse s’évader en permanence pour rester vivant. Sinon, la prison, c’est la mort. »

Pour le prisonnier Radek Tulej, le spectacle a accompli sa mission :

« Lorsque nous chantons dans le spectacle, nous nous rendons compte que même en prison, nous pouvons éprouver de la joie. »

« Anges déchus » sera donné les 24 et 29 mars et les 5, 11 et 20 avril 2012. Plus de détails sur www.ndm.cz.



Articles correspondants
DateTitreRubrique
08.04.2019Journée internationale des Roms : concerts et baptême d’un livreNouvelles
07.04.2019La musique romNouvelles
21.02.2019« Most ! », une série télévisée à succès qui se moque du racisme tchèqueNouvelles
25.05.2018Les sorties culturelles du week-end : les églises et les châteaux privés ouvrent leurs portesNouvelles
04.09.2017Rentrée 2017 : la dernière année de l’école maternelle désormais obligatoireNouvelles
13.11.2016Terne Čhave, le multiculturalisme comme richesseNouvelles
08.11.2016Mémoire rom : la porcherie de Lety disparaîtra-t-elle enfin ?Nouvelles
19.10.2016A Plzeň, un terrain de parkour pour surmonter les barrières socialesNouvelles
13.03.2016Pavel Šporcl, le virtuose au violon « bleu »Nouvelles
Tous les articles correspondants
Article
Formater pour l'impression
Envoyer par e-mail

Choix dans les archives d'rubrique "Nouvelles"
12.06.20  Le projet du futur mémorial de Lety dévoilé
02.05.20  « L’histoire tchèque est le miroir de l’histoire européenne »
27.01.20  Shoah : le gouvernement relance le projet de mémorial à l’ancienne gare de déportation
13.09.19  A Lety, les tombes des victimes roms des nazis mises au jour
07.08.19  Les victimes de stérilisation forcée enfin indemnisées ?
08.04.19  Journée internationale des Roms : concerts et baptême d’un livre
07.04.19  La musique rom
03.04.19  Brexit : un nouveau manuel pour aider les Tchèques à rentrer au pays
21.03.19  Rom ou Tsigane : en tchèque, mieux vaut ne pas se tromper
17.03.19  R.I.P Věra Bílá
Archives

Articles les plus lus
150382    Histoire et origine des Roms
71909    L'enfance
53162   12.07.05 Drogues en Tchéquie : l'héroïne et la pervitine en déclin, au profit du cannabis et de l'ecstasy
53159   02.08.04 60 ans depuis l'holocauste rom à Auschwitz-Birkenau
52508    Le mode de vie traditionnel des Roms sur le territoire de l'ex-Tchécoslovaquie
43587    Histoire des Roms sur le territoire de la République tchèque
41204    La situation des Roms après 1989
38619    La famille
32642   05.03.03 Un skinhead condamné à 17 ans de prison pour le meurtre d'un Rom
30676   26.05.05 Le gypsy jazz au festival Khamoro
Copyright © Český rozhlas / Czech Radio, 1997-2020
Vinohradská 12, 120 99 Praha 2, Czech Republic
E-mail: info@romove.cz