Recherche
21.9.2020
NOUVELLES

HISTOIRE

TRADITIONS, CULTURE

RADIO PRAGUE





Česky English Deutsch Francais
A Ústí nad Labem, le centre Orion donne "la possibilité aux enfants de fréquenter gratuitement un endroit autre que la rue"
05-07-2011 - Pierre Meignan
La petite ville d’Ústí nad Labem est une capitale régionale située au nord de la Bohême, sur les rives de l’Elbe (Labe en tchèque). Elle avait gagné en notoriété à la fin des années 1990 ; on projetait en effet d’y construire un mur afin de séparer un quartier à majorité Rom du reste de la ville. Devant le tollé provoqué par cette initiative ségrégative, la mairie avait finalement consenti à détruire ce mur, six semaines après sa construction. Cette triste affaire met surtout en lumière l’existence d’une relative misère sociale qui touche une partie de la population de cette ville, et les populations Roms en sont bien souvent les victimes. Le centre Orion, géré par la Youth Men’s Christian Association (YMCA) réalise un travail social important pour tenter d’améliorer les conditions d’apprentissage et de socialisation de jeunes originaires de l’un des quartiers en difficultés économiques et sociales. Nous sommes allés à la rencontre des membres de ce centre.

Ústí nad Labem Anne-Elise Desprès est l’une des volontaires internationales fraîchement arrivée au club Orion. Originaire du cap de La Hague en Normandie, elle n’a pas été franchement dépaysée par l’ambiance industrielle de la ville de Ústí nad Labem. La ville s’enorgueillit en effet de disposer de trois complexes chimiques, dont l’un est à deux pas du centre-ville. Aussi, quand on demande à l’office du tourisme de nous indiquer les points d’intérêts de la ville, on se voit en premier lieu répondre que celle-ci abrite la rivière la plus polluée de République tchèque. Nous sommes ensuite informés que la qualité de l’air est également très mauvaise mais que « la situation s’améliore ».

Si la ville n’est pas dénuée d’un charme qui n’a rien d’esthétique, sa destruction par les bombardements américains en 1945, a radicalement bouleversé son visage. Reconstruite de façon assez anarchique, Ústí nad Labem perd de surcroît sa forte population allemande en 1948, suite aux décrets Beneš, lesquels expulsent les populations germaniques hors de Tchécoslovaquie. La région perd 53 000 habitants. La ville va alors devenir une terre d’accueil pour de nombreux migrants, la plupart originaires de l’Union Soviétique, de Slovaquie ou encore de Roumanie. Parmi eux, beaucoup sont des Roms.

Anne-Elise Després, 19 ans, endosse le rôle de guide et nous fait visiter le centre. La façade de l’établissement ne paye pas vraiment de mine. Pourtant, une fois la porte d’entrée franchie, on s’aperçoit que les locaux sont relativement étendus. En ce début d’après-midi, peu d’adolescents se trouvent encore en son sein et il y a presque autant d’éducateurs que de jeunes. La salle principale se divise en plusieurs espaces, un coin salon, un espace informatique et un espace consacré à l’une des activités phares du centre : le baby-foot (‘fotbálek’). Une seconde salle est utilisée pour jouer au tennis de table et aussi, étonnamment, pour donner des cours d’anglais. Celle-ci donne accès à une cour où il est possible de commander une bonne limonade au cybercafé qui le jouxte. Anne-Elise Desprès a tenu à nous faire partager son expérience de volontaire internationale :

« On est trois volontaires européens à Usti nad Labem. On est rémunéré par l’Union européenne. Donc, on a des activités un peu différentes toutes les trois. On travaille notamment dans un centre pour des adolescents qui ont de 12 à 19 ans. Et on est là pour le proposer des activités comme des cours d’anglais, des cours de danse. Il y a aussi un mur d’escalade. »

Les volontaires internationaux logent dans une ancienne église orthodoxe. Celle-ci appartient désormais à l’association YMCA, qui y a ses locaux et qui dirige d’autres programmes dans la ville. Outre le centre Orion, elle prend notamment en charge une crèche et le cybercafé suscité.

Nous rencontrons ensuite Mirka Hohenbergerová, originaire de la ville d’Usti nad Labem. Elle travaille au centre Orion en tant que travailleuse sociale et gestionnaire depuis deux ans. C’est à l’université d’Ústí nad Labem qu’elle a étudié le travail social et confesse ne pas avoir de réelle expérience en matière de gestion. Elle nous raconte l’histoire de ce centre :

Jan Bartoníček « A l’origine, l’association était complètement différente. Cela s’appelait ‘Freestyle’ et le local se trouvait en plein centre ville, et non pas dans l’espace om nous nous trouvons actuellement. Il me semble que le centre a été inauguré en 1997, quand Jan Bartoníček, notre directeur de projet, est arrivé avec cette idée, que la ville de Ústí nad Labem avait besoin d’établissements de ce type, destinés aux jeunes, aux adolescents. Il a donc ouvert ce centre ‘Freestyle’ en ville, dans un autre espace que celui dont nous disposons actuellement. Et finalement, en 2007, l’association YMCA a repris l’activité en déplaçant le centre vers le quartier de Krásné Březno, car il s’agit d’un des secteurs problématiques de la ville de Ústí nad Labem, où se concentrent beaucoup de personnes socialement en difficultés, dont évidemment des enfants. Nous sommes ainsi désormais bien plus proche des gens qui ont besoin de ce que nous proposons. »

Le quartier de Krásné Březno est situé à environ trois kilomètres du centre ville. Il compte quelques 15 000 habitants et est connu pour abriter le zoo de la ville et une importante brasserie employant 250 personnes et responsable de la production de la bière Zlatopramen, à la qualité parfois sujette à caution. Le quartier est aussi connu du fait de la rue Matični, laquelle était au centre de la polémique sur la construction de ce fameux mur, séparant des immeubles accueillant une importante population défavorisée, souvent Rom, de pavillons résidentiels plus aisés.

Matiční Situé à quelques encablures de là, le centre Orion s’adresse essentiellement aux jeunes du quartier, parmi eux beaucoup de Roms mais pas seulement. L’objectif principal est de donner aux adolescents l’opportunité d’avoir des activités parascolaires, afin qu’ils soient confronter à une nouvelle forme de socialisation et qu’ils ne traînent pas dans la rue. Mirka Hohenbergerová insiste sur cet aspect du travail réalisé au centre :

« Ce type de centres respecte en général les mêmes principes. L’idée centrale, c’est de donner la possibilité aux enfants de fréquenter gratuitement un endroit autre que la rue et de les sensibiliser, dans une certaine mesure, à certains thèmes qui peuvent être problématiques, tels que la drogue, la violence ou tout simplement à des style de vie peu ou pas compatibles avec la vie en société. C’est pourquoi, nous nous efforçons d’ajuster nos heures d’ouverture avec les disponibilités des jeunes, c'est-à-dire, dès qu’ils ne sont plus en cours à l’école. Nous sommes donc ouvert l’après-midi et parfois en soirée, afin qu’ils n’aient qu’à traverser la rue pour être chez nous et que nous puissions passer du temps avec eux avant qu’ils ne rejoignent leur famille. C’est vraiment l’idée principale. »

Le centre Orion Mirka nous explique ensuite comment les éducateurs du centre, aidés par les volontaires internationaux, tentent de mettre en pratique cette idée :

« Il faut aussi mettre cela en rapport avec les gens qui travaillent aux centres : des éducateurs, qui sont également des travailleurs sociaux, et qui connaissent bien et savent présenter les problématiques susceptibles d’intéresser les groupes d’enfants. Ils sont de plus bien informés des autres services que l’on peut trouver en région, et nous sommes donc capables de conseiller les enfants vis-à-vis de certains problèmes, afin qu’ils puissent s’orienter vers les organismes qui pourront les aider. Par ailleurs, nous proposons d’autres activités plus divertissantes. Nous projetons des films, nous avons divers jeux de société. Les tournois de baby-foot sont parmi les plus appréciés. Les jeunes ont un libre accès à Internet, qui leur donne l’occasion de communiquer autrement entre eux mais aussi de se préparer pour l’école. Nous leur apportons des cours de soutien scolaire. En fait, tout ce qu’il est possible de faire, nous essayons de leur faire, afin d’améliorer la situation. »

Mais pour mener à bien cette action, il faut disposer d’une manne financière conséquente et stable. C’est le principal problème que rencontre le centre. Il doit chaque année se poser la question : où aller chercher l’argent ? - et faire de multiples demandes en conséquence qui sont susceptibles de ne pas aboutir. C’est aujourd’hui le rôle de Jan Bartoníček qui réalise ces dossiers de subventions. Une aide financière de l’Union européenne a permis de faire vivre le centre deux années durant. Cependant, cet argent arrive relativement tard après son attribution. Pour Mirka, il ne faut donc pas se reposer uniquement sur ces subventions et travailler à la survie financière du centre « année après année ».

Le centre Orion Nous lui demandons pour finir comment réagissent les enfants à l’offre qu’on leur propose. Elle est d’abord, curieusement, quelque peu décontenancée par cette question, à laquelle elle finit cependant par répondre :

« Selon moi, ils réagissent relativement bien. Ils viennent volontiers parce qu’ils peuvent pratiquer les activités qu’ils leur plaisent comme ils le souhaitent. Et cela nous permet ensuite de pouvoir faire de la prévention sur des sujets comme la drogue ou de les aider vis-à-vis de l’école. C’est pourquoi, il ne s’agit pas uniquement d’un travail social, mais à travers les jeux que nous leur proposons, nous pouvons bien plus facilement intervenir auprès d’eux. Donc, les enfants viennent volontiers et nous en accueillons chaque jour entre 40 et 50. C’est par conséquent un important public et je pense que les enfants sont ravis ici. »

Si le centre Orion arrive à faire passer de bons moments à ces adolescents tout en leur permettant d’avoir accès à de nouvelles connaissances dans le cadre d’une nouvelle institution de socialisation, il semble que son objectif premier soit donc un succès. A long terme, il apparaît en revanche plus difficile d’évaluer la portée de cette action sur le quartier.



Articles correspondants
DateTitreRubrique
19.10.2015Le nombre de ghettos en République tchèque augmente, la région d’Ústí est la plus touchéeNouvelles
04.02.2013Expulsions à Ústí nad Labem : la question du logement social ressurgitNouvelles
30.04.2012A Ústí nad Labem, les unités spéciales de la police entrent en fonctionNouvelles
04.10.2011Tensions ethniques: « Ce qui nous attend sont des problèmes encore plus graves dans quelques années »Nouvelles
20.11.2009Juliette Jourdan : « La violence contre les Roms, c’est le premier maillon démocratique qui saute »Nouvelles
20.04.2009La montée de l’extrême-droite inquiète en République tchèqueNouvelles
17.04.2009Ce samedi, les néonazis se donnent rendez-vous à Ústí nad LabemNouvelles
Article
Formater pour l'impression
Envoyer par e-mail

Choix dans les archives d'rubrique "Nouvelles"
12.06.20  Le projet du futur mémorial de Lety dévoilé
02.05.20  « L’histoire tchèque est le miroir de l’histoire européenne »
27.01.20  Shoah : le gouvernement relance le projet de mémorial à l’ancienne gare de déportation
13.09.19  A Lety, les tombes des victimes roms des nazis mises au jour
07.08.19  Les victimes de stérilisation forcée enfin indemnisées ?
08.04.19  Journée internationale des Roms : concerts et baptême d’un livre
07.04.19  La musique rom
03.04.19  Brexit : un nouveau manuel pour aider les Tchèques à rentrer au pays
21.03.19  Rom ou Tsigane : en tchèque, mieux vaut ne pas se tromper
17.03.19  R.I.P Věra Bílá
Archives

Articles les plus lus
150382    Histoire et origine des Roms
71909    L'enfance
53162   12.07.05 Drogues en Tchéquie : l'héroïne et la pervitine en déclin, au profit du cannabis et de l'ecstasy
53159   02.08.04 60 ans depuis l'holocauste rom à Auschwitz-Birkenau
52508    Le mode de vie traditionnel des Roms sur le territoire de l'ex-Tchécoslovaquie
43587    Histoire des Roms sur le territoire de la République tchèque
41204    La situation des Roms après 1989
38619    La famille
32642   05.03.03 Un skinhead condamné à 17 ans de prison pour le meurtre d'un Rom
30676   26.05.05 Le gypsy jazz au festival Khamoro
Copyright © Český rozhlas / Czech Radio, 1997-2020
Vinohradská 12, 120 99 Praha 2, Czech Republic
E-mail: info@romove.cz