Recherche
19.11.2019
NOUVELLES

HISTOIRE

TRADITIONS, CULTURE

RADIO PRAGUE





Česky English Deutsch Francais
Les enfants « invisibles » des parents détenus : un sujet tabou en République tchèque
Plus de 800 000 enfants à travers l’Europe se trouvent séparés de leurs parents incarcérés. En République tchèque, environ la moitié des 22 000 détenus ont des enfants mineurs qui souffrent, parfois inconsciemment, de cette séparation. Ce lundi 6 juin a commencé la Semaine de soutien aux enfants des parents détenus, lancée par le réseau européen Eurochips dont le siège se trouve à Montrouge, près de Paris. Membre de ce réseau, le Comité tchèque d’Helsinki s’engage depuis quatre ans pour le rétablissement des liens familiaux rompus par l’incarcération.

Une table ronde, une exposition de photographies et de lettres de parents emprisonnés au siège pragois du Comité, la projection d’un documentaire, des débats au cinéma Atlas, ouverts au grand public et en particulier aux lycéens – tout cela est à l’affiche de cette « Semaine des enfants invisibles » comme a été baptisée cette campagne en République tchèque. En effet, ces enfants sont invisibles aux yeux des autorités tchèques : la preuve en est que leur nombre exact n’est pas connu, comme l’explique Markéta Kovaříková du Comité tchèque d’Helsinki :

« Ces chiffres n’intéressent personne. Même si l’Etat fait des statistiques sur les détenus, le fait qu’ils soient parents ou pas n’intéresse vraiment personne, sauf si le détenu a une obligation alimentaire envers ses enfants. Nos activités dépendent des financements dont nous disposons et qu’il est très difficile d’obtenir, car ce sujet n’est pas une priorité pour l’Etat. Par exemple, nous organisons des ‘visites assistées’ des enfants dans les centres de détention. L’objectif est que ces visites parloirs ressemblent, dans la mesure du possible, à des rencontres familiales, qu’elles ne soient pas traumatisantes pour les enfants : c’est-à-dire qu’il y ait des rafraîchissements, des jouets. Nous faisons aussi appel à un médiateur : souvent, c’est un psychologue qui aide par exemple à surmonter les difficultés liées à une longue séparation pour que l’ambiance soit chaleureuse et agréable pour tous. »

Il s’avère qu’en République tchèque, l’incarcération est presque un sujet tabou : les enfants, qu’ils vivent dans leur famille d’origine, chez des parents adoptifs ou encore dans des foyers pour enfants, ne sont fréquemment pas confrontés à la réalité, mais vivent dans l’illusion que leur parent absent est malade, qu’il est parti travailler ou vivre ailleurs. Certains parents détenus refusent eux-mêmes tout contact avec leur progéniture, par peur, par timidité ou carrément par sentiment de honte. Un problème auquel l’équipe du Comité Helsinki réussit à faire face, grâce à une coopération étroite avec les foyers pour enfants et les services sociaux qui s’est, paraît-il, beaucoup améliorée ces dernières années. Mais d’autres difficultés persistent. Markéta Kovaříková explique :

« Les gardiens dans les services pénitenciers devraient être spécialement formés pour savoir bien communiquer avec les enfants. Souvent, ils ne savent pas comment réagir et ne respectent pas l’autorité parentale du détenu. Un autre problème est que les détenus sont fréquemment placés dans des prisons loin de leur domicile. Pour une famille avec enfants, il est compliqué de traverser chaque mois tout le pays, de s’organiser : il faut prendre congé, parce que les visites n’ont pas lieu le week-end, il faut se déplacer en voiture car les prisons sont éloignées des villes… Dans certains cas, les visites se déroulent sans contact physique. Souvent, il y a des barrières du côté des parents. Dans le centre pénitencier de Světlá nad Sázavou, un des plus humains et des plus progressistes en République tchèque, les femmes peuvent mettre leurs propres vêtements pour les visites parloirs, ce qui n’est pas le cas dans les autres prisons. Cela change complètement l’ambiance ! »

Vous trouverez plus de détails sur les événements de la « Semaine des enfants invisibles » et sur les activités du Comité tchèque d’Helsinki au www.helcom.cz. A savoir que le réseau Eurochips a lancé une pétition en faveur des droits des enfants des parents détenus : il est possible de la signer en ligne au www.eurochips.org.



Articles correspondants
DateTitreRubrique
25.04.2012Incident de Břeclav : 2000 habitants de la ville suivent les extrémistes et manifestent contre les RomsNouvelles
Article
Formater pour l'impression
Envoyer par e-mail

Choix dans les archives d'rubrique "Nouvelles"
13.09.19  A Lety, les tombes des victimes roms des nazis mises au jour
07.08.19  Les victimes de stérilisation forcée enfin indemnisées ?
08.04.19  Journée internationale des Roms : concerts et baptême d’un livre
07.04.19  La musique rom
03.04.19  Brexit : un nouveau manuel pour aider les Tchèques à rentrer au pays
21.03.19  Rom ou Tsigane : en tchèque, mieux vaut ne pas se tromper
17.03.19  R.I.P Věra Bílá
01.03.19  David Tišer : « Toute ma vie, j’ai brisé des tabous »
21.02.19  « Most ! », une série télévisée à succès qui se moque du racisme tchèque
22.11.18  La militante rom Elena Gorolová, reconnue pour son combat contre les stérilisations forcées
Archives

Articles les plus lus
150382    Histoire et origine des Roms
71909    L'enfance
53162   12.07.05 Drogues en Tchéquie : l'héroïne et la pervitine en déclin, au profit du cannabis et de l'ecstasy
53159   02.08.04 60 ans depuis l'holocauste rom à Auschwitz-Birkenau
52508    Le mode de vie traditionnel des Roms sur le territoire de l'ex-Tchécoslovaquie
43587    Histoire des Roms sur le territoire de la République tchèque
41204    La situation des Roms après 1989
38619    La famille
32642   05.03.03 Un skinhead condamné à 17 ans de prison pour le meurtre d'un Rom
30676   26.05.05 Le gypsy jazz au festival Khamoro
Copyright © Český rozhlas / Czech Radio, 1997-2019
Vinohradská 12, 120 99 Praha 2, Czech Republic
E-mail: info@romove.cz