Recherche
1.12.2020
NOUVELLES

HISTOIRE

TRADITIONS, CULTURE

RADIO PRAGUE





Česky English Deutsch Francais
Sommet européen : Nečas soutient indirectement Sarkozy sur les Roms
17-09-2010 - Marek Kubišta
Premier Conseil européen pour le premier ministre tchèque : lors d’une visite de trois jours au cours de laquelle il a rencontré différents responsables européens, Petr Nečas a indirectement soutenu Nicolas Sarkozy dans sa politique d’expulsion des Roms.

Nicolas Sarkozy, photo: CTK Le premier Conseil européen de Petr Nečas, accompagné de son ministre des Affaires étrangères Karel Schwarzenberg, s’est déroulé jeudi dans une ambiance pour le moins électrique. Alors que le sommet des chefs d’Etat ou de gouvernement européens devait porter sur les relations extérieures et la crise économique, la polémique sur les Roms entre Paris et la Commission européenne a monopolisé l’attention. Si la plupart des dirigeants européens ont préféré éviter de se prononcer clairement sur les expulsions, le premier ministre tchèque a indirectement soutenu la politique de Nicolas Sarkozy :

« Je suis convaincu que même un pays membre de l’UE a le droit, lorsqu’un citoyen d’un autre pays membre séjourne sur son territoire, d’exiger que celui-ci suive des études, travaille ou puisse prouver qu’il dispose de moyens financiers suffisants pour subvenir à ses besoins. Ce pays membre a le droit d’exiger que ses propres lois soient respectées. »

Photo: CTK Si Petr Nečas a omis de se prononcer sur le fond du différend entre José Manuel Barroso et Nicolas Sarkozy, à savoir l’accusation de discrimination sur base de l’origine ethnique, il a cependant ajouté que cela avait permis à l’UE de se rendre compte que « ce problème ne concernait pas seulement les nouveaux Etats membres ». Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a quant à lui annoncé la tenue prochaine d’un sommet européen spécifique sur les Roms.

Outre le sommet proprement dit qui n’est parvenu à aucune avancée concrète, Petr Nečas a mené une visite de trois jours à Bruxelles. La République tchèque n’avait plus été représentée par un gouvernement élu depuis mars 2009 lors de la chute du gouvernement de Mirek Topolánek. Pendant cette période, les déclarations eurosceptiques du président Klaus ont eu davantage de poids, ce qui a affaibli l’influence du pays à Bruxelles. L’objectif était donc de montrer que la République tchèque désirait redevenir un partenaire actif :

Photo: CTK « Je tiens à souligner que le gouvernement tchèque sera actif dans l'Union européenne, que ce gouvernement n’aura pas la volonté de troubler les débats mais sera au contraire désireux de coopérer, tout en gardant à l’esprit la défense des intérêts de nos citoyens et de notre économie ».

Concrètement, le premier ministre tchèque a donc détaillé certaines de ses positions sur les dossiers chauds au niveau européen, comme la question du renforcement du pacte de stabilité qui fixe les règles budgétaires de la zone euro. Lors d’une rencontre mercredi avec le Commissaires aux affaires économiques et monétaires Olli Rehn, Petr Nečas s’est prononcé en faveur d’un renforcement de ce pacte. Selon lui, les sanctions devraient être « automatiques », et ce pour éviter les travers du système actuel, qui veut que les Etats au Conseil décident de l’application des sanctions, ce qui a abouti dans le passé à ne pas les appliquer. Olli Rehn a lui aussi déclaré qu’il favorisait un tel mécanisme.

Petr Nečas, photo: CTK Sur le contenu des sanctions, thème qui divise fortement les Etats, Petr Nečas a déclaré qu’il ne serait pas contre une suspension éventuelle des aides régionales ou agricoles. En revanche, il a refusé la proposition franco-allemande de suspendre les droits de vote d’un Etat au Conseil. Il s’explique :

« Je suis convaincu que les Etats membres doivent se voir garantis certains droits minimaux, ce qui signifie qu’on ne doit pas les empêcher de voter au sein de l’UE. Après tout, si j’exagère avec une comparaison de la vie de tous les jours : lorsque nous sommes endettés, nous ne sommes pas privés de nos droits fondamentaux, comme le droit de vote aux élections ».

Les propositions européennes sur ce point devraient être connues à la fin du mois. Autre rencontre, autre thème abordé : le président de la Commission européenne et le président du Conseil européen ont assuré la République tchèque de leur soutien contre l’application du régime de visas imposé aux Tchèques par le gouvernement canadien. Enfin, avec le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, le premier ministre tchèque a rappelé son engagement atlantiste en promettant un renforcement des troupes tchèques en Afghanistan, moyennant un rapatriement des soldats tchèques engagés au Kosovo. Aucune décision n’a toutefois pour le moment été prise et un débat sur la question doit avoir lieu prochainement au Parlement tchèque.



Articles correspondants
DateTitreRubrique
23.11.2012Le logement social en République tchèque : s'inspirer du modèle français?Nouvelles
16.09.2010Sommet européen : le Premier ministre tchèque soutient indirectement la France dans sa politique sur les RomsNouvelles
10.09.2010Karel Schwarzenberg : après les débats houleux sur les Roms, la France va être plus « sensible »Nouvelles
07.09.2010Karel Schwarzenberg à Paris : la question des Roms revient sur le tapisNouvelles
04.09.2010Visite du chef de la diplomatie tchèque en FranceNouvelles
02.09.2010Václav Klaus fait entendre sa différence sur la fermeture des ambassades tchèquesNouvelles
02.09.2010V. Klaus "pas d'accord avec presque tout ce que fait le président Sarkozy"Nouvelles
30.08.2010Paris et Prague se fâchent sur la question des RomsNouvelles
29.08.2010Renvoi des Roms de France : le Premier ministre Petr Nečas ne voit pas de racismeNouvelles
Tous les articles correspondants
Article
Formater pour l'impression
Envoyer par e-mail

Choix dans les archives d'rubrique "Nouvelles"
12.06.20  Le projet du futur mémorial de Lety dévoilé
02.05.20  « L’histoire tchèque est le miroir de l’histoire européenne »
27.01.20  Shoah : le gouvernement relance le projet de mémorial à l’ancienne gare de déportation
13.09.19  A Lety, les tombes des victimes roms des nazis mises au jour
07.08.19  Les victimes de stérilisation forcée enfin indemnisées ?
08.04.19  Journée internationale des Roms : concerts et baptême d’un livre
07.04.19  La musique rom
03.04.19  Brexit : un nouveau manuel pour aider les Tchèques à rentrer au pays
21.03.19  Rom ou Tsigane : en tchèque, mieux vaut ne pas se tromper
17.03.19  R.I.P Věra Bílá
Archives

Articles les plus lus
150382    Histoire et origine des Roms
71909    L'enfance
53162   12.07.05 Drogues en Tchéquie : l'héroïne et la pervitine en déclin, au profit du cannabis et de l'ecstasy
53159   02.08.04 60 ans depuis l'holocauste rom à Auschwitz-Birkenau
52508    Le mode de vie traditionnel des Roms sur le territoire de l'ex-Tchécoslovaquie
43587    Histoire des Roms sur le territoire de la République tchèque
41204    La situation des Roms après 1989
38619    La famille
32642   05.03.03 Un skinhead condamné à 17 ans de prison pour le meurtre d'un Rom
30676   26.05.05 Le gypsy jazz au festival Khamoro
Copyright © Český rozhlas / Czech Radio, 1997-2020
Vinohradská 12, 120 99 Praha 2, Czech Republic
E-mail: info@romove.cz