Recherche
26.2.2020
NOUVELLES

HISTOIRE

TRADITIONS, CULTURE

RADIO PRAGUE





Česky English Deutsch Francais
Ecrivain Matéo Maximoff vu par Gérard Gartner

Matéo Maximoff Cette année cela fera dix ans que Matéo Maximoff, génie de la littérature tsigane, Chevalier des Arts et des Lettres en 1986 et lauréat du Prix International Tsigane des 9 muses en 1987, a quitté ce monde parfois triste et cruel, pour celui d’une sérénité éternelle. Il est parti à tout jamais dans la nuit du 24 novembre 1999, suite d’une longue et pénible maladie, discrètement et avec modestie, si propre à sa personnalité. Mais la mémoire du grand écrivain vit à travers ses romans et ses poèmes reflétant les dures conditions de vie des Roms et à travers les souvenirs qu’il a laissés dans le cœur de ses proches et de ceux qui l’on connu. Le peintre, sculpteur et écrivain Rom Gérard Gartner était très proche de Matéo Maximoff et après le décès de ce dernier il a ressenti le besoin de retracer la vie du grand écrivain à travers son ouvrage biographique « Matéo Maximoff, Carnets de Route.»

Matéo Maximoff « Matéo est le premier tsigane qui a choisi de prendre le métier d’écrivain. Son premier roman «Les Ursitory» est sorti en 1946, puis il en a écrit encore une dizaine dont je citerais « Ce monde qui n’est pas le mien », « Dîtes-le avec des pleurs », « Savina », « Condamné à survivre». Il est peut-être l'écrivain tsigane le plus connu. Enfant, je devais avoir dans les onze, douze ans, j’avais entendu parler de Matéo et je le connaissais de vue car à l’époque il était déjà connu. Je le voyais parfois aussi dans les familles, mais je ne lui parlais pas. Nous nous sommes rencontrés par hasard dans les années soixante. Je me souviens de cette première rencontre comme si elle datait d’hier. Un ami de Matéo qui était aussi le mien, et qui est devenu par la suite pasteur comme Matéo, allait sur les brocantes à Montreuil et il m’a demandé de l’accompagner. Il est arrivé au rendez-vous avec Matéo, qui d’ailleurs allait souvent au marché aux puces, et il me l’a présenté. Au fil des ans nous sommes devenus amis malgré la différence d’âge. A l’époque il était déjà pasteur évangélique et je l’admirais car pour moi il représentait quelque chose d’important. J’ai beaucoup de souvenirs sur Matéo, des histoires et des anecdotes, dont j’ai retracé une grande partie dans mon ouvrage».

Matéo Maximoff Le père de Matéo Maximoff, Grégoire Maximoff dit Lolia, né le 1er juin 1890 en Russie, à Vladicaucase - Ordinikitch, (décédé le 18 octobre 1931 en France) était un Rom Kalderash. Il a épousé une Manouche de France. C’était une femme très belle qui est malheureusement morte très jeune, à l’âge de vingt huit ans, au cours d’une opération bénigne. Matéo n’avait que huit ans et c’était le premier affrontement avec la dureté du destin. Quelques années après, ce fut son père qui le quitta pour toujours. Une vie assez difficile commença pour l’orphelin âgé de quatorze ans. Il était l’aîné de cinq enfants et devait travailler dur pour faire vivre ses frères et soeurs qui n’avaient que lui en ce monde. Il passe du métier de chaudronnier, dont il hérite de son père, à celui de projectionniste ambulant dans les campagnes. Il écrit son premier roman à l’âge de vingt et un ans. Puis la Seconde Guerre mondiale éclate et Matéo est interné avec toute sa famille dans les camps de Gurs et de Lannemezan situés dans les Pyrénées. Son roman parait avec succès en 1946 et c’est le départ d’une grande carrière d’écrivain, conteur, cinéaste, journaliste, conférencier et photographe. Un an après la sortie de son livre Matéo Maximoff devient l’un des fondateurs des « Etudes Tsiganes». Catholique à l’origine, il se convertit en 1961 au pentecôtisme et devient bientôt pasteur tout en continuant à écrire et à exercer d’autres activités. Tout au long de sa vie il traduit continuellement la Bible en Romanes Kalderash (seul le Nouveau Testament et les Psaumes sont parus à ce jour. La Bible dans son intégralité était en projet mais n'a jamais été éditée).

Matéo Maximoff s’est installé dans la banlieue parisienne, mais son esprit nomade et son sens de la justice l'entraînent à voyager à travers le monde qu’il sillonnait pour défendre les droits des Tsiganes, faire connaître leur mentalité, traditions et leur façon de vivre aux Gadjé. Au cours de ses voyages il est souvent accompagné par Gérard Gartner.

Gérard Gartner « Pendant quarante années j’ai vécu à ses côtés, je l’accompagnais en voiture à travers la France et à l’étranger. Je l’écoutais et nous avons beaucoup parlé. Je trouvais intéressant tout ce qu’il disait. J’ai toujours été catholique, mais Matéo n’a jamais cherché à me convaincre et il ne m’a jamais fait de remarque sur ma religion. Je l’emmenais dans les conventions évangéliques et je revenais le chercher. Quinze ans après avoir fait sa connaissance, dans les années 70 et 80, j’ai commencé à militer dans l’association "Initiatives tsiganes" qui regroupe les artistes tsiganes. Je cherchais des Tsiganes qui faisaient de l’art et je prenais des contacts. Je ne voulais pas militer dans le social car cela ne m’attirait pas, mais le culturel : la peinture, la sculpture etc. D’ailleurs j’aime tous les gens qui font ou qui s’intéressent à l’art et j’essaie de travailler avec eux. J’aimerais que les gens sachent que les tsiganes sont de remarquables artistes et cela reste mon objectif,» dit Gérard Gartner, auteur de « Matéo Maximoff, Carnets de Route».

Matéo Maximoff Lorsque Matéo Maximoff est décédé à l’aube de l’an 2000 Gérard Gartner a écrit avec l’assistance de la fille de l’écrivain, Nouka Maximoff, la biographie de son père. Mais auparavant il n’avait jamais pensé à écrire la vie de son ami Matéo.

«C’est vrai, je n’y ai jamais pensé. Je n’ai même jamais pris de notes sur ce qu’il racontait. L’idée d’écrire ce livre est venue après son décès. C’est moi qui me suis chargé de déménager avec sa fille Nouka la maison de Matéo qui devait être vendue. Il fallait enlever toutes les affaires et les mettre en dépôt. Je classais toutes ses affaires et faisais des allers-retours avec ma camionnette. En voyant sous mes yeux les photos et tous les documents, l’envie m’a pris d’écrire sa biographie. J’ai demandé l’autorisation à ses enfants et j’ai gardé tout ce qui pouvait être utile. Le travail sur le livre m’a pris finalement quatre ans.»

Gérard a respecté le deuil et la Pomana, qu’il a d’ailleurs faits pour Matéo Maximoff, et a attendu pendant une année qu'ils se terminent Ensuite il s’est mis pendant trois années à un travail acharné et minutieux sur la biographie de l’écrivain. Gérard Gartner explique le principe de cette coutume très ancienne, de nos jours déjà révolue.

Matéo Maximoff «La Pomana est une ancienne coutume roumaine qui n’existe plus. Lorsque les tsiganes roumains sont partis à la libération de l’esclavage en 1870 avec leurs coutumes, elle s’est répandue dans le monde. Au cours du deuil, la famille choisit quelqu’un qui prend la place du défunt ou de la défunte auprès de la famille pendant un an. Son devoir consiste à remplacer le mort en l’imitant. Il doit parler comme lui, raconter les histoires que le mort racontait, s’habiller avec sa tenue, bien sûr il y a des variations. Les Roms de Paris ne pratiquent plus la Pomana, mais pour moi c’était le prétexte que j’ai choisi pour écrire mon livre. Je me suis incarné comme si j’étais désigné et dans le livre c’est moi qui parle, mais c’est écrit dans la première personne du singulier, comme si c’était Matéo qui parlait.»

L’œuvre a eu un grand succès et a valu à Gérard Gartner le Prix Romanès , fondé en 1983 par Matéo Maximoff, destiné à promouvoir la culture tsigane. Il est remis à ceux qui font une action honorifique pour les Tsiganes, un écrit ou autre action importante. La première fois il a été décerné à l’historien François de Vaux de Foletier. Entre autre il a été remis à Josef Koudelka ou Tony Gatlif. Le prix est remis aux Tsiganes tout comme aux non Tsiganes. Actuellement c’est la fille du grand écrivain Nouka Maximoff qui s’occupe de faire vivre le Prix Romanès.



Articles correspondants
DateTitreRubrique
30.06.2009Gérard Gartner - sculpteur et écrivainNouvelles
Mateo Maximoff - écrivainPersonnalités roms
Article
Formater pour l'impression
Envoyer par e-mail

Choix dans les archives d'rubrique "Nouvelles"
27.01.20  Shoah : le gouvernement relance le projet de mémorial à l’ancienne gare de déportation
13.09.19  A Lety, les tombes des victimes roms des nazis mises au jour
07.08.19  Les victimes de stérilisation forcée enfin indemnisées ?
08.04.19  Journée internationale des Roms : concerts et baptême d’un livre
07.04.19  La musique rom
03.04.19  Brexit : un nouveau manuel pour aider les Tchèques à rentrer au pays
21.03.19  Rom ou Tsigane : en tchèque, mieux vaut ne pas se tromper
17.03.19  R.I.P Věra Bílá
01.03.19  David Tišer : « Toute ma vie, j’ai brisé des tabous »
21.02.19  « Most ! », une série télévisée à succès qui se moque du racisme tchèque
Archives

Articles les plus lus
150382    Histoire et origine des Roms
71909    L'enfance
53162   12.07.05 Drogues en Tchéquie : l'héroïne et la pervitine en déclin, au profit du cannabis et de l'ecstasy
53159   02.08.04 60 ans depuis l'holocauste rom à Auschwitz-Birkenau
52508    Le mode de vie traditionnel des Roms sur le territoire de l'ex-Tchécoslovaquie
43587    Histoire des Roms sur le territoire de la République tchèque
41204    La situation des Roms après 1989
38619    La famille
32642   05.03.03 Un skinhead condamné à 17 ans de prison pour le meurtre d'un Rom
30676   26.05.05 Le gypsy jazz au festival Khamoro
Copyright © Český rozhlas / Czech Radio, 1997-2020
Vinohradská 12, 120 99 Praha 2, Czech Republic
E-mail: info@romove.cz