Recherche
14.11.2019
NOUVELLES

HISTOIRE

TRADITIONS, CULTURE

RADIO PRAGUE





Česky English Deutsch Francais
Le XXe siècle vu par une femme rom
03-03-2005 - Alena Gebertova

Un témoignage et un regard hors du commun sur les turbulences du XXe siècle. C'est ainsi que l'on pourrait qualifier le livre qui paraît, ces jours-ci, dans les librairies tchèques et qui offre des récits de deux femmes roms, des septuagénaires toutes les deux, sur leur vie et sur celle de leurs familles. L'une d'elles, Elina Machalkova, s'est confiée à Radio Prague.

Elina Machalkova (Photo : Jana Sustova) « Je conte dans ce livre la vie de ma famille, depuis la naissance de mes arrière-grands-parents. Je pense qu'elle le mérite bien, car c'est une famille extraordinaire. Je peux dire que, dans un certain sens, c'était une famille exceptionnelle, car très adaptée à la société majoritaire. J'espère que j'ai écris leur histoire ainsi que la mienne d'un coeur sincère et plein d'amour. J'ai tenu notamment à dire que l'instruction a toujours joué un grand rôle dans notre famille. La preuve - ma fille aînée et l'une de mes petites-filles sont institutrices. Après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, moi-même, j'ai voulu faire des études universitaires, mais - au déplaisir de mon père - j'ai finalement préféré m'occuper de mes enfants...Je peux donc dire que l'éducation a toujours compté pour mes grands-parents, pour leurs enfants et pour nous-mêmes ».

Elina Machalkova habite la commune de Nesovice, en Moravie. C'est non loin de là, dans un camp près de la ville de Hodonin que fut interné, pendant la guerre, son grand-père avant d'être déporté vers Mauthausen. A l'époque, Elina avait quatorze ans :

« Nous n'en savions pas grand-chose. Ce n'est qu'après la guerre que nous avons révélé toute la vérité. C'étaient des choses dont il était interdit de parler. En plus, les gens avaient peur de parler. Notre famille était persécutée, on souffrait de la faim, on n'avait pas le droit de s'éloigner plus de vingt kilomètres de notre village. Le pire, c'était d'être menacé par la déportation vers un camp de la mort. C'était terrible, on avait tout le temps peur. Mais nous avons survécu, grâce surtout au soutien de l'ensemble de la commune et de son maire... Mais force m'est en même temps de constater que parmi les Tchèques, il y avait aussi des traîtres, des « Judas ». C'est le cas de Karel Hasler, très populaire compositeur de chansons tchèque, qui l'illustre parfaitement. Un jour, lorsqu'il se trouvait dans une auberge, dans un village tchèque, il chantait sa version « actualisée » de l'une de ses chansons très connues. Dénoncé, la gestapo l'a arrêté le lendemain et envoyé à Mauthausen d'où il n'est plus revenu ».

Quelques mois avant la fin de la guerre, Elina Machalkova a échappé de justesse à la stérilisation. Elle s'en souvient :

Elina Machalkova à dix-sept ans « En août 1944, j'avais dix-huit ans. J'ai alors appris que la gestapo de Brno voulait m'obliger à la stérilisation. « Il faut stopper la procréation des tziganes », déclarait-elle. On ne peut pas savoir ce que je ressentais. Je pleurais, j'avais déjà un financé, c'était mon futur mari. Je travaillais, à l'époque, dans une usine à Austerlitz, près de Brno. Son directeur m'a dit : « mais tu ne vas quand même pas te laisser stériliser maintenant, quand les Allemands commencent à perdre et à fuir. Il vaut mieux que tu te caches ». Et c'est ce que j'ai fait. Une tante m'a amenée à Olomouc, chez sa mère qui avait plus de soixante-dix ans. C'est dans la cave de sa maison que j'ai passé six mois, jusqu'à la fin de la guerre... C'est ainsi que je me suis sauvée de la stérilisation. Il va de soi qu'après cette expérience, j'ai voulu avoir beaucoup d'enfants et j'en ai, effectivement, quatre ».
Elina Machalkova chante Au milieu, la fille aînée de Elina Machalkova Le nouveau livre a été présenté au Musée de la culture rom de Brno



Information prise sur le serveur www.radio.cz
Écoute
RealAudio

Article
Formater pour l'impression
Envoyer par e-mail

Choix dans les archives d'rubrique "Nouvelles"
13.09.19  A Lety, les tombes des victimes roms des nazis mises au jour
07.08.19  Les victimes de stérilisation forcée enfin indemnisées ?
08.04.19  Journée internationale des Roms : concerts et baptême d’un livre
07.04.19  La musique rom
03.04.19  Brexit : un nouveau manuel pour aider les Tchèques à rentrer au pays
21.03.19  Rom ou Tsigane : en tchèque, mieux vaut ne pas se tromper
17.03.19  R.I.P Věra Bílá
01.03.19  David Tišer : « Toute ma vie, j’ai brisé des tabous »
21.02.19  « Most ! », une série télévisée à succès qui se moque du racisme tchèque
22.11.18  La militante rom Elena Gorolová, reconnue pour son combat contre les stérilisations forcées
Archives

Articles les plus lus
150382    Histoire et origine des Roms
71909    L'enfance
53162   12.07.05 Drogues en Tchéquie : l'héroïne et la pervitine en déclin, au profit du cannabis et de l'ecstasy
53159   02.08.04 60 ans depuis l'holocauste rom à Auschwitz-Birkenau
52508    Le mode de vie traditionnel des Roms sur le territoire de l'ex-Tchécoslovaquie
43587    Histoire des Roms sur le territoire de la République tchèque
41204    La situation des Roms après 1989
38619    La famille
32642   05.03.03 Un skinhead condamné à 17 ans de prison pour le meurtre d'un Rom
30676   26.05.05 Le gypsy jazz au festival Khamoro
Copyright © Český rozhlas / Czech Radio, 1997-2019
Vinohradská 12, 120 99 Praha 2, Czech Republic
E-mail: info@romove.cz